© illustration par Elaillce...

mardi 9 avril 2013

Le voyage à Nantes d'Anne & Alex

On rattrape notre retard concernant notre rubrique "Sur la route..." avant de crouler sous les futures découvertes canadiennes...
Retour en septembre 2012, où nous avions profité des beaux jours pour découvrir Nantes, qui avait gardé quelques traces du fameux "Voyage à Nantes". Une ville séduisante, qui nous a parue bien agréable à vivre... voici donc notre petit tour nantais, subjectif et non exhaustif !



! Attention, billet un peu long :)

Commençons par prendre un peu de hauteur pour une belle vue d'ensemble de Nantes depuis le 32e étage de la tour de Bretagne ou plutôt depuis Le Nid aménagé par l'artiste Jean Jullien.


Le Nid est le refuge d’un immense oiseau blanc, à moitié endormi, mi-cigogne, mi-héron, qui veille calmement sur la ville. Sa présence rassurante invite à venir contempler la vue. Son large corps fait office de bar. De part et d’autre, comme sorties tout droit d’un dessin de Jean Jullien, d’énormes coquilles d’oeufs se transforment en sièges et tables.


Un tour au marché puis direction le quai pour déjeuner tranquillement au soleil. Par chance, nous nous sommes assis sur un banc en face de l'Association Bateaux du Port de Nantes (ABPN, association pour la sauvegarde du patrimoine maritime et fluvial de Nantes et sa région) qui ouvrait exceptionnellement ses navires historiques (nous c'était sur Le Chantenay) à l'occasion des "journées du patrimoine".

On a donc saisi l'opportunité d'embarquer pour une promenade courte mais bien sympathique le long de l'île de Versailles, traversée du tunnel St Félix jusqu'au bassin Malakoff.

Attirés à l'île de Versailles par une jolie expo/vente "les éton'Nantes", nous en avons profité pour nous reposer en faisant une sieste allongés dans l'herbe.
Jardin japonais avec rocailles, cascades, bambous et cerisiers du Japon... le tout invite au repos et à la zen'attitude !

Après l'île de Versailles direction l'île de Nantes pour aller voir de plus près le grand éléphant (12 mètres de haut) et toutes les autres créations de bois et de métal de La Machine. On ne voit pas le temps passer dans cet univers féerique de passionnés (allez-y en début de journée ou en début d'après-midi pour ne rien louper).
Suivez leurs aventures sur www.lamachine.fr


Les Machines de l'île sont un projet artistique totalement inédit. Né de l'imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, il se situe à la croisée des "mondes inventés" de Jules Verne, de l'univers mécanique de Léonard de Vinci et de l'histoire industrielle de Nantes, sur le site exceptionnel des anciens chantiers navals.



C'est sous les Nefs que l'équipe des constructeurs de la compagnie La Machine a installé son atelier. Leur imaginaire explore la cime des arbres, la savane ou les fonds sous-marins, ils construisent un bestiaire de machines vivantes qui s'échappent de l'atelier pour peupler ce territoire en pleine mutation.



Pause gourmande dans un parc avec des douceurs de chez Vincent Guerlais, pâtissier-chocolatier, agitateur de papilles
A gauche un esquimau framboise/vanille sur un croustillant amande et pistache; à droite crème yuzu, mousse chocolat noir et sablé breton. Une belle boutique où le choix s'avère compliqué, mais cela vaut le coup !

On continue notre promenade, le nez au vent, en admirant les architectures et les tags...

Avez-vous trouver combien d'oeufs de cicogne ont atterri sur les toits nantais ?

4 contributions au bonheur :

  1. Vivement le mois de juin que je rentre " a la maison " ^^ Merci pour ce reportage !! Ah ... Vincent Guerlais ... pas très vg (^^) mais dans le temps ... !!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis totalement amoureuse de cette ville :) Vous avez eu du beau temps ! chouette ! Merci pour ce partage bien agréable :)

    RépondreSupprimer
  3. superbes photos pou une ville que j'ai souvent traversée dans mon enfance ,mais jamais visitée et où je m'apprête a aller pour 1 jour seulement mais dans le but d'une expo!
    Je resterai donc encore sur ma faim pour cette grande ville qui a apparemment des gros atous.

    RépondreSupprimer