© illustration par Elaillce...

jeudi 1 mai 2014

Wwoofing dans une érablière familiale québécoise

S'il y a bien une chose que nous souhaitions absolument faire au cours de notre périple d'un an, c'était la récolte du sirop d'érable au Québec ! Début mars, nous avons fait un séjour en wwoofing chez Dominique et Jean qui font du sirop depuis 7 ans avec les érables rouges de leur forêt dans la région de Sutton. Nous étions avec 4 autres volontaires français et québécois, ce qui donnait une belle animation quotidienne dans la maisonnée qui comptait également 5 chats et 2 chiens.
Un mode de vie en communauté avec un internet limité, une restriction d'eau à une douche par semaine, mais une consommation de tartines de pain maison, arrosées de sirop d'érable en masse !!

A gauche : gros plan sur le chalumeau (robinet) qui permet à l'eau d'érable (ici, gelée) de couler dans la chaudière (seau).
La saison du sirop cette année a démarré tard (début avril) et aura été courte : à peine une dizaine de jours à récolter puis à faire bouillir l'eau d'érable (sève brute) afin d'obtenir le précieux "nectar des dieux".
Il faut dire qu'une alternance de nuits froides (en-dessous de 0°C) et de journées ensoleillées (au-dessus de 0°C) est nécessaire pour que l'eau coule, comme expliqué dans le texte ci-dessous, écrit par J-C Raspiengeas :

"(...) le Québec retient son souffle dans l'espoir de voir venir le printemps. Avec les premiers signes de sa débâcle et de sa retraite sonnera l'heure du retour à la vie. A condition que le froid réintègre ses quartier la nuit et que l'ardent soleil, chaque matin, parvienne à réchauffer la nature transie. (...) Les autochtones auraient été les premiers à découvrir les ressources cachées de l'érable, à exploiter sa sève que les Algonquins nommaient sinzibuckwud ("tiré du bois"). D'une incision dans le tronc avec leur tomahawk sortait "l'eau d'érable", diaphane comme celle des torrents, dont le parfum et les saveurs ne se révèlent, dans leur chatoiement et leur miroitement doré, qu'après une alchimique et savante opération d'ébullition. (...)"

Nos activités en attendant la saison du sirop
- tasser les pistes c'est-à-dire tasser la neige en empruntant à pieds les chemins menant aux seaux ou à l'aide du quatre-roues (quad) quand la neige ne s'enfonçait pas trop.
- vérifier les seaux accrochés aux arbres, que le trou soit bien fait, que les couvercles ne se soient pas envolés, etc...
- transplanter les bébés plants de fruits et légumes.
- faire du pain, s'occuper des graines germées.
- rentrer du bois pour alimenter le poêle qui faisait office de radiateur et de cuisinière.
- nourrir les oiseaux (roselins, chardonnerets, mésanges, geais, pics) et les écureuils (petits roux et gros gris).
- réaliser 200 pots en papier journal pour les transplantations.
- il y avait aussi les tâches récurrentes de ménage et de cuisine, mais aussi du temps pour lire, faire la sieste, se promener, et même regarder la TV et découvrir des émissions américaines assez surprenantes !


Nos activités pendant la saison du sirop
- récolter manuellement l'eau d'érable en vidant les seaux accrochés aux arbres dans des seaux que nous portions jusqu'à un gros bidon tiré par le quad. Une fois ce gros bidon rempli, nous rentrions à la cabane à sucre pour le transvider (à l'aide d'une pompe) dans une grande baignoire. Ce n'était pas rare que le quad se pogne (reste coincé) dans la neige, épaisse et trompeuse à certains endroits, ou encore que nous nous enfoncions jusqu'aux genoux pour atteindre les arbres excentrés. Beaucoup d'efforts physiques mais qui ont l'avantage de ne pas épuiser l'arbre au contraire des systèmes pneumatiques des grosses exploitations.
- faire bouillir l'eau d'érable dans un évaporateur à bois : en ajouter dans le dernier bac (l'eau froide pousse l'eau chaude), écumer pour enlever les saletés qui remontent à la surface, ajouter du bois régulièrement pour maintenir une bonne chaleur. Nous avions la chance d'être nombreux, ce qui nous permettait de nous relayer.
- après environ 8 heures d'ébullition en continue, et une température de 108°C environ, nous faisions couler le sirop à travers deux filtres très fins puis nous le portions de la cabane à sucre jusqu'à la maison pour le mettre dans les fameux pots Mason (pots hermétiques canadiens en verre) stérilisés.
- faire du beurre d'érable en portant le sirop jusqu'à une température de 112°C, et après refroidissement complet, il faut le baratter pour qu'il obtienne une texture épaisse et une couleur pâle.

A gauche : la cabane à sucre où se trouve l'évaporateur pour transformer l'eau d'érable en sirop - A droite : une chaudière où coule l'eau d'érable

Petit récapitulatif des produits de l'érable que nous avons dégusté :
l'eau d'érable, de la première récolte, nous l'avons bue comme de l'eau, mais aussi pour faire le thé/café, gruau... ; elle est naturellement sucrée, rafraichissante et nutritive.
le réduit est le liquide qui n'est pas encore à l'état de sirop, donc moins épais et moins sucré; nous l'avons consommé dans le cocktail "coureur des bois" réduit + alcool (ici, rhum) pour fêter la saison qui démarrait enfin ! Cela venait à point à la fin de la journée... on en était tous fans !!
le sirop d'érable sur des crêpes, pancakes, tartines de pain, dans le thé, café, gâteaux, salade de choux...
le beurre d'érable a un goût très prononcé, fort qui rappelle le café; nous avions du mal à l'apprécier seul, mais tartiné sur une première couche de beurre végétal (amande, noisette, cacahuète...), c'était tout simplement parfait !

Après de nombreuses heures d'ébullition continues, le sirop d'érable révèle sa couleur rouge ambrée.

Cette dernière expérience de wwoofing aura été très différente des précédentes : première fois en hiver, avec autant d'autres wwoofers, première fois dans une région francophone, et où nous serons restés aussi longtemps (5 semaines).
Nous aurons vécu de bons moments mais aussi partagé quelques malheurs, comme la mort d'un des deux chiens, Negro, tué par arme à feu un soir à 20h... mais aussi l'hospitalisation de Tara, la fille cadette de Dominique.
Merci Dô et Jean pour votre patience, générosité, humour, bonne humeur, vos bons plats et délicieuses conserves maison, et merci à la vie pour le sirop !


Le beurre d'érable s'obtient avec du sirop d'érable porté à 112°C, puis refroidi à 20°C, puis baratté (=remué) jusqu'à épaississement et éclaircissement.


Lac gelé Mohawk que nous avons traversé non sans quelques frissons, pour gravir le mont Sutton.


Vue sur les Appalaches.



Grâce à Dominique, bonne cuisinière et habituée à faire des repas végétaliens, nous avons eu la chance de découvrir quelques spécialités culinaires canadiennes ou familiales : végépâté, pâté chinois, chili (dont les fèves cuisaient pendant plusieurs jours sur le poêle à bois), riz sauté, tourte...
De belles idées de recettes à venir sur le blog ces mois prochains !

N'en ratez pas une miette, inscrivez-vous à notre notification par mail.

23 contributions au bonheur :

  1. Merci pour ce billet passionnant qui nous fait découvrir la saison du sucre au Canada !

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant tout ça :) qu'est-ce que c'est beau (et bon) du vrai sirop d'érable.

    Et puis l'endroit où vous séjourniez semble vraiment magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, le sirop d'érable c'est trop bon, on en a bien profité :P

      Supprimer
  3. Whouaa toutes ces photos, ça donne tellement envie.. C'est mon rêve d'aller là bas !

    Bon Vendredi.
    Petite-Mam

    RépondreSupprimer
  4. Top, c'est une belle expérience !

    RépondreSupprimer
  5. Miam !

    Je regrette vraiment de ne pas pouvoir prendre de longues vacances en hiver/début de printemps pour retourner au Québec!

    RépondreSupprimer
  6. C'est un bonheur de vous lire, l'espace d'un instant, j'étais quelque part dans les montagnes canadiennes et non plus dans mon canapé parisien. Bravo pour ce beau post !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohh merci ! ça nous fait plaisir de lire cela :)

      Supprimer
  7. quelle belle expérience !! Les photos sont superbes

    RépondreSupprimer
  8. Vous pensez qu'ils prendraient à nouveau des gens cette année? Ils prennent pour des durées plus courtes que la votre? Ça me tenterait peut-être pour le mois de mars, avant de partir du Canada... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je pense qu'ils prennent chaque année des wwoofeurs et à la base nous devions y rester 3 semaines, mais comme le sirop se faisait attendre, nous avions prolongé pour pouvoir assister à cette récolte si particulière ! Alors oui, n'hésite pas à les contacter :)

      Supprimer
  9. Ohlalalalalaaaaaaaaa je REVE de vivre ça moi aussi ! :D Ou contacter Dominique et Jean ?
    Merci d'avance ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux nous contacter par mail (alexanne@lesbonheurs.fr) et on te donnera leur contact :)

      Supprimer
  10. oh là là quel bonheur de lire ses souvenirs de dingue!!!
    C'était tellement chouette, intense émotionnellement, merci de décrire tout ça si bien, j'en ai les larmes aux yeux...
    et sympa la photo du quad... :-)
    j'espère bien vous revoir un jour et connaitre le p'tit Adam!!! pleins de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhh merci Marion ! ça nous fait bien plaisir, c'est vrai que c'était un chouette wwoofing dont nous gardons plein de bons souvenirs... Fais-nous signe quand tu veux venir nous voir à Dole, nous serons ravis de te revoir et de te présenter Adam :)

      Supprimer
  11. Maudit que la vie fait bien les choses. Une wooffeuse viens de me contacter pour le sirop avec votre lien et la surprise que c'est vous. Nous sautons de joie a savoir que vous etes parents etmerci des belles paroles et les beaux souvenirs de votre passage. Vous etes bienvenus en tout temps. Dominique et Jean de Sutton

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre message très sympathique qui nous fait bien plaisir ! Nous avons régulièrement des personnes désireuses de récolter le sirop qui nous contacte pour avoir vos coordonnées. Nous gardons de beaux souvenirs de notre séjour chez vous :)

      Supprimer
  12. Re-salut Anne et Alex... je pensais pouvoir contacter marion de votre blog mes la technologie ne veut pas. Si vous lui parlez dites-lui un beaux bonjour de notre part. Jean et Dominique de Sutton

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Anne,

    Je suis actuellement en PVT au Québec et je cherche à participer à la récolte du sirop d'érable. J'ai vu ton article sur le sujet.
    Aurais-tu gardé contact avec les propriétaires de l'érablière (Dominique et Jean) ? Je ne suis pas très loin de Sutton et j'aimerais pouvoir les contacter. Merci !

    RépondreSupprimer