© illustration par Elaillce...

jeudi 4 février 2016

Tiramisu vegan

Après de multiples essais, inspirés de différentes recettes, je vous livre la version finale de notre tiramisu végétal ! Alternance de couches de génoise et de crème à base de lait de coco, il nécessite un peu de préparations, mais le résultat est crémeux, moelleux, léger... Bref, c'est un de nos remèdes à la mélancolie, idéal pour se tirer -"tira mi su" - d'un éventuel manque d'entrain saisonnier. Il se décline aussi en verrines, pour parfaire un dîner en amoureux !

Tiramisu vegan

A réaliser la veille
Ingrédients pour 6 personnes (moule carré de 20 cm)

Crème :
  • 4 g d'agar-agar + 250 ml d'eau
  • 125 g de tofu ferme
  • 100 g de sirop d'agave
  • 100 ml d'eau
  • 400 ml de lait de coco (non allégé, celui que l'on utilise a 17% de mat. grasse)

Faire bouillir l’eau avec l’agar-agar pendant 1 minute puis verser le mélange sur une ou deux plaques en mince couche (pour que la gelée prenne rapidement).
En attendant que l'agar-agar se solidifie, vous pouvez réaliser la génoise.
Une fois que l'agar-agar est solidifiée, transférer tous les ingrédients dans le bol d'un blender et mixer jusqu'à obtenir une texture bien lisse (sans blender, on peut utiliser un mixeur plongeant, dans ce cas, commencer par mixer l'agar-agar, puis ajouter les ingrédients un par un en mixant à chaque fois). La crème obtenue est plutôt liquide, elle va figer grâce au temps de repos au frais.

Génoise* :
  • 215 g de farine
  • 120 g de sucre en poudre
  • 11 g de levure chimique
  • 1 c. à café de bicarbonate
  • 1 pincée de sel
  • 33 g d'huile végétale neutre
  • 200 ml de lait végétal (ici soja)
  • 100 ml d'eau
  • 10 ml de vinaigre de cidre (ou jus de citron)

Dans un cul de poule, mélanger les ingrédients secs. Dans un autre récipient, mélanger les liquides puis les verser sur les ingrédients secs. Bien mélanger jusqu'à obtenir une préparation lisse et homogène. Chemiser un moule (carré de 20 cm) avec du papier sulfurisé, verser la préparation et enfourner à 180°C pendant 30 minutes. Vérifier la cuisson si besoin. Laisser refroidir avant d'enlever le papier sulfurisé. Couper la génoise dans l'épaisseur afin d'obtenir deux parties à peu près identiques (besoin d'aide ? cette vidéo montre la technique).

Montage :
  • 250 ml de café fort
  • 3 cuillères à soupe de cognac ou marsala (facultatif)
  • du cacao en poudre non sucré ou de cacao cru

Verser le café dans un grand plat creux et ajouter l'alcool. Tremper les génoises en les laissant quelques secondes pour qu'elles soient bien imbibées mais qu'elles ne se délitent pas**. Couvrir le fond du plat avec une moitié de génoise (j'ai utilisé le même moule carré de 20 cm). Ajouter la moitié de la crème, recouvrir avec la seconde moitié de génoise imbibée puis le reste de crème.
Laisser reposer au réfrigérateur au moins 6 heures, idéalement une nuit.
Saupoudrer de cacao au moment de servir.


*Inspirée de celle de VG-Zone. Pour gagner du temps, vous pouvez utiliser des biscuits fait maison ou du commerce, dans ce cas, il sera peut-être nécessaire de diminuer la quantité de sirop d'agave de la crème.
**J'ai testé d'imbiber à l'aide d'un pinceau, mais ce n'était pas concluant : la génoise était mouillée seulement à moitié.

Et voici quelques autres pistes de tiramisu végétaux :

In dolce compagnia...
Buon appetito  !

mardi 15 décembre 2015

Photo du Mois #52

Thème du Mois : Évasion, choisi par Nicky

Une des manières de nous évader : s'envoler l'espace d'un instant en "lévitant" au-dessus d'un trampoline...

"Yogis volants",  Grass Valley, CA , le 26 décembre 2013
photo prise par Brian Jacobson


jeudi 3 décembre 2015

Gâteau à étages double chocolat (vegan)

Pour se mettre dans le bain de chocolat qui accompagne généralement nos menus de fêtes de fin d'année, nous vous partageons un gâteau à étages ou étagé (pour ne pas dire layer cake et risquer de passer au Québec pour un "français qui se la joue" comme le rapporte bienveillamment Melle PIGUT du Festival Végane de Montréal 2015). Alternance de couches de gâteau chocolaté et de crème noix de coco-chocolat, il est entièrement végétal, et s'inspire d'un des desserts que nous avions l'habitude de choisir chez "Green Cuisine" - une cantine vegan où l'on payait notre assiette au poids, à Victoria au Canada - le chocolate mousse cake. Celui-ci se composait d'une seule couche de gâteau et de crème, mais était tout aussi gourmand. Pour élaborer cette recette, j'ai repris la base du gâteau chocolat noix de coco et j'ai réalisé une crème avec seulement deux ingrédients. Un classique qui fait son effet pour les petites ou les grandes occasions !

Gâteau à étages double chocolat (vegan)

Ingrédients pour 8-10 personnes


lundi 2 novembre 2015

La sauce dragon ou comment sublimer vos légumes

Voici la légendaire sauce dragon découverte à Montréal, dans l'incontournable restaurant végétalien Aux Vivres. Tous ceux qui y passent s'en souviennent ! Sans demander la recette, nous avions deviné, avec l'aide de la serveuse, les différents ingrédients que j'avais précieusement conservés sur une note. Au restaurant, elle est servie pour assaisonner le "bol dragon" composé de : betterave râpée, carotte, chou rouge, daïkon, laitue, pousses, goémon, graines de sésame grillées, tofu grillé et riz brun bio.
La sauce dragon porte bien son nom, intense (mais pas piquante ou pimentée), originale, unique, elle a le don de sublimer une simple assiette de crudités, de légumes et riz, un assortiment de petits "restes"...
Notre version est moins sucrée que la recette originale et adaptée avec les produits que l'on trouve en France (comme la levure maltée à la place de la "red star", le sirop d'agave à la place du sirop d'érable, trop précieux à nos yeux pour être utilisé autrement que pur, sur des crêpes/pancakes !).

Sauce dragon

Ingrédients pour 2-3 bols

jeudi 15 octobre 2015

Photo du Mois #50

Thème du mois : Nuage, choisi par Dame Skarlette.

Connaissez-vous l'odeur du sucre ? Lors de notre expérience de wwoofing au sein d'une érablière nous avons eu une révélation à ce sujet, une epiphany comme cela se dit aux Etats-Unis, à moins que tout cela ne soit dû aux vapeurs. L'odeur qui s'échappait de la cabane à sucre durant le long processus d'évaporation de l'eau d'érable nous en rappelait une autre. Une odeur qui nous était devenue familière au beau milieu du Canada, dans un jardin aux allures paradisiaque de la Saskatchewan. Là où l'heure d'été et l'heure d'hiver se rejoignent, nous avions l'habitude de consommer du maïs. Des épis fraîchement cueillis dans le jardin, puis bouillis. C'est cette odeur-là que nous rappelait celle de l'évaporation de l'eau d'érable avant de devenir du sirop. Quel était donc le dénominateur commun, l'ingrédient mystère que nous sentions ? Nous nous sommes dit que c'était le sucre. Il paraît que le cerveau, glucodépendant, autrement dit qui carburerait nécessairement au sucre, ne se lasserait pas de nous en faire consommer. Pour sûr personne ne se lassait de prendre le relais, non sans une joie enfantine, pour maintenir l'évaporation, entretenir le feu, garder les niveaux et ressentir cette douce odeur, la tête dans un nuage. Mais au fait, ne viendraient-ils pas de là, les nuages ?



mardi 15 septembre 2015

Photo du Mois #49

Thème du mois : Passion(s), choisi par DelphineF.

N'ayant pas trouvé de réelles passions (mais plutôt des loisirs, passe-temps, addictions...), voici notre interprétation avec une passiflore ou fleur de la passion.